Lycée Jacques Amyot, MelunConnexion

Filières scientifiques : MP et PC



Une voie d'excellence sur deux années

Généralités

Intégrables immédiatement après le baccalauréat, les classes préparatoires aux grandes écoles, voies scientifiques, constituent une entrée d'excellence sur les deux premières années d'études supérieures. Ces filières ont pour but de préparer les concours d'entrée aux grandes écoles, dont les plus réputées sont Polytechnique, l'Ecole Normale Supérieure, l'Ecole Centrale, mais qui regroupent un grand nombre d'écoles plus ou moins spécialisées, délivrant un diplôme d'ingénieur (niveau Master). La liste des écoles intégrables via les filières scientifiques est disponible sur la page des écoles .

L'admission en classes préparatoires se fait après examen du dossier par les enseignants des filières demandées. La transmission des dossiers se fait par la procédure habituelle d'accès aux établissements d'études supérieures, et est détaillée sur la page admission. La période annuelle des transmissions de dossier est généralement de mi-janvier à début avril, et les résultats des délibérations des enseignants sont publiés en général au début du mois de juin.

Le niveau dans les matières scientifiques en terminale S doit bien entendu être bon pour pouvoir prétendre intégrer les classes préparatoires scientifiques du lycée Jacques Amyot. Une certaine aisance dans ces matières constitue un atout certain, la quantité de connaissances et de travail demandée en classes préparatoires étant très supérieure à celle habituellement exigée au lycée. Les matières littéraires, néanmoins, ne sont pas à négliger, et comptent de façon significative dans le recrutement de nos élèves : les coefficients aux concours d'entrée aux grandes écoles présentent des coefficients en langue vivante 1 et en littérature qui sont loin d'être négligeables, et un élève peut voir son classement aux concours largement modifié, à la hausse comme à la baisse, par ses résultats dans ces disciplines.

Au delà du niveau des élèves à leur entrée en classe préparatoire, la motivation et le travail personnel sont les deux atouts majeurs qui conditionnent la réussite dans ces filières. Un travail régulier, approfondi et sérieux, souvent à un rythme plus élevé que celui du lycée, est indispensable pour mener à bien les deux années de classes préparatoires.

La première année : MPSI ou PCSI

La première année constitue une charnière où l'élève devra prendre le rythme de travail et d'apprentissage de la classe préparatoire. Plus rapidement ce rythme sera pris, meilleures seront ses chances de réussir aux concours l'année suivante. Il est impossible de redoubler la première année, ce qui en fait une année clé pour la prise du rythme des classes préparatoires.

Le volume horaire des cours, travaux dirigés et travaux pratiques est d'environ trente cinq heures, toutes disciplines confondues. Les matières scientifiques sont bien entendu majoritaires, mais deux heures hebdomadaires de littérature et deux heures hebdomadaires de langue vivante 1 permettent de préparer efficacement les élèves à la partie "non-scientifique" des concours.

En plus des cours, les élèves bénéficient, au moins deux fois par semaine, de colles, qui sont des interrogations orales permettant d'assurer un suivi continu des élèves doublé d'une préparation constante aux épreuves orales des concours. Les colles constituent donc un moyen régulier pour l'élève de situer son niveau et de parfaire ses connaissances via une interaction en petit groupe avec les enseignants.

A la fin de l'année, le conseil de classe décide du passage des élèves de première en seconde année. Outre les résultats, l'attitude et la motivation de l'élève face au travail, ainsi que son assiduité, constituent des critères importants pour cette décision. Ces dernières années, tous les élèves ayant travaillé sérieusement et témoigné d'une capacité à suivre le rythme de la classe préparatoire ont été admis en seconde année.

La deuxième année : MP ou PC


La deuxième année est l'année de passage des concours. Ceux-ci ont en général lieu, pour les écrits, à partir de la seconde moitié du mois d'avril. La seconde année est l'occasion pour les élèves, en plus d'acquérir de nouvelles connaissances, de mettre à profit les méthodes de travail élaborées durant la première année.

Il existe un très grand nombre d'écoles, accessibles soit par concours unique, soit par banque de notes. Vous pouvez en trouver la liste sur la page des écoles . Ce grand nombre d'école rend quasi-impossible l'inscription et le passage de l'intégralité des concours. Les enseignants de seconde année sont alors des conseillers précieux pour bien cibler les concours à passer, sans brider son ambition mais sans non plus viser des épreuves d'un niveau démesuré par rapport au niveau réel de l'élève.

Les concours se déroulent majoritairement en deux phases : les écrits et les oraux. Les écrits constituent une première sélection, appelée admissibilité : à l'issue de ces épreuves, un classement est publié, et seuls les élèves ayant obtenu des résultats suffisant aux écrits peuvent aller passer les oraux. Outre cette opportunité, l'admissibilité aux concours donne souvent accès à une équivalence en licence III, pour les élèves désireux de rejoindre l'université et non une école d'ingénieur à l'issue de leur cursus en classes préparatoires.

Les oraux constituent la deuxième et dernière sélection, et le classement à l'issue des ces épreuves conditionnent l'admission dans les écoles d'ingénieur choisies et présentées par l'élève.

Les élèves qui ne sont pas satisfaits de leurs résultats lors de leur première tentative peuvent doubler leur deuxième année : on dit qu'ils font "5 demi" (c'est l'équivalent de "cube" en classes littéraires). Cette opportunité permet en général une considérable augmentation de niveau, mais est compensée dans certains concours par une pénalité de points afin d'éviter que les "3 demi" (les élèves qui présentent pour la première fois les concours) ne soient pénalisés.

Deux filières, deux orientations


Les classes préparatoires scientifiques au lycée Jacques Amyot offrent deux filières : MPSI-MP et PCSI-PC . La filière MP (mathématiques et physique) est plus dominante en mathématiques et informatique, alors que la filière PC (physique et chimie) présente un contenu plus fort en physique et surtout en chimie (chimie organique); le programme de mathématiques étant un peu moins abstrait qu'en MP, il reste cependant très ambitieux et fournit une formation d'un excellent niveau. Le volume horaire global est cependant le même, et aucune des deux filières n'est plus "facile" ni plus "noble" ou "méritante" que l'autre.

Mis à part pour certaines écoles très marginales qui ne recrutent que dans l'une ou l'autre des filières (comme les écoles de statistiques pour la MP ou les écoles spécifiquement de chimie pour la PC), le taux d'intégration en écoles d'ingénieur est similaire dans les deux filières. Il convient donc de choisir en fonction de vos inclinations personnelles la filière que vous allez suivre.

Le détail des filières est donné sur les pages MPSI-MP et PCSI-PC .

Pourquoi choisir une Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles ?


Les débouchés offerts sont très nombreux et variés : vous vous ouvrez ainsi les portes d’une multitude de formations, et surtout vous vous laissez le choix d’une spécialisation pendant encore deux années. Ceci est important pour la grande majorité des étudiants : en sortant de terminale, la perception des sciences que vous pouvez avoir est encore limitée, et il est important de se laisser deux années pour réellement les découvrir et pouvoir choisir un domaine spécifique (une spécialisation) en connaissance de cause, sans regretter par la suite un choix fait trop tôt. Par ailleurs, les plus grandes écoles (encore appelées Très Grandes Ecoles) recrutent essentiellement sur les concours ouverts aux classes préparatoires aux grandes écoles. En choisissant une classe préparatoire aux grandes écoles, vous vous laissez la chance d’intégrer ces écoles prestigieuses (en fonction de votre niveau).

Enfin, il faut savoir que les connaissances, le savoir-faire et les méthodes acquises en classe préparatoire (concentration, rapidité, rigueur…) seront votre meilleur atout pour réussir vos études supérieures… et votre vie professionnelle. En effet, les employeurs préfèrent en général recruter des ingénieurs formés par la filière CPGE+GE (Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles + Grandes Ecoles) : ils savent que ces étudiants ont une bien meilleure capacité de travail et d’organisation que ceux formés par d’autres voies. Le passage par une classe préparatoire scientifique sera ainsi un argument souvent décisif sur votre curriculum-vitae lorsque vous serez sur le marché du travail.

De même, le passage par les classes préparatoires assurent une formation sans égale, et permet aux étudiants désireux de rejoindre un autre cursus (par exemple l’Université) d'y réussir plus facilement et en général brillamment : le taux de réussite aux concours de l'enseignement (CAPES et Agrégation) est plus élevé pour les anciens étudiants de classes préparatoires aux grandes écoles.

En résumé, vous avez tout à gagner en faisant le choix d’une classe préparatoire aux grandes écoles : il faut oser la prépa quand on est curieux, travailleur et confiant dans cette institution qui garantit l’encadrement et la progression, il s’agit d’une véritable opportunité à saisir.

Et n’oubliez pas que le système des classes préparatoires est ouvert sur l’extérieur et notamment qu’il existe des passerelles vers l’l'université .
Un texte pour voir